Carnets de Voyages

TABA… Mais où diable est-ce donc ?

TABA….Mais où diable est- ce donc ?

Faites l’exercice magique de chercher sur une mappemonde… C’est déjà le début du voyage.

Votre index parcourt la planète vers l’Egypte, la mer Rouge, puis cherche autour de cet appendice terrestre que constitue le Sinaï.

Nom aux multiples évocations…Tant cette partie du monde est chargée d’histoire…Laissez aller votre mémoire…pour moi, la première image qui remonte est celle de cette page illustrée de la bible ou Moise ouvrit en deux la mer pour laisser passer le peuple élu, puis celui plus récent de la guerre des 6 jours mais le plus prégnant ce sont les récits  d’aventure d’ Henri de MONFREID..

A la descente de l’avion sur le tarmac de l’aéroport de TABA, vous prenez le souffle chaud du léger vent qui balaye un plateau désertique ou seul au milieu des rouges ocres émerge le petit bâtiment dérisoire de l’aérogare.

Peu de formalité, ici le visa n’est pas exigé, la douane est quasi inexistante et dehors hormis les quelques autocars et minibus venus pour attendre les passagers débarquant du vol spécial, il n y a rien, les chauffeurs rangent vite leurs théières, vous aide à ranger vos bagages et puis route vers TABA..

Sortie de l’enceinte de cet aéroport militaire, on prend la route taillée dans la montagne rouge qui dévale en pente assez rapide, parfois notre chauffeur est obligé de zigzaguer pour éviter les éboulis…ou des camions aux chargements pittoresques, le paysage est déjà surprenant,

Après quelques 20 mn de descente au cœur cette montagne qui rappelle un peu le Colorado, soudain s’ouvre un époustouflant panorama sur le bleu de la mer Rouge, pourquoi la nomme t’on ainsi, alors qu’elle est si bleue ? Je le découvris plus tard.

La réalité des lieux vous rattrape un moment, le temps de passer un des nombreux points de contrôle de sécurité, ici les visiteurs sont sous haute-protection, est c’est plutôt rassurant.

Le guide vous explique, « à quelques mètres sur la gauche, nous avons la frontière avec Israël, qu’en face c est le port pour le ferry qui va à AQABA en Jordanie et qu’à l’horizon, nous apercevons l’ARABIE SEOUDITE ».

Après quelques commentaires de notre guide sur l’histoire récente liée au conflit Israélo-palestinien, l’attention est distraite par la vision du complexe touristique.

Coincée au pied de la chaine montagneuse aux couleurs cannelle et les eaux saphirs du golfe d’ Aqaba, « SINAI BAY » et  le complexe de TABA HEIGH s’étendent le long d’un littoral dont la beauté naturelle s’accorde avec une architecture originale alliant tradition égyptienne, audace moderne et exigences environnementales.

Le dernier né des club Med, ouvrira ses portes en décembre prochain, alors que déjà les 4 hôtels de luxe connaissent un succès commercial grâce à une politique de prix très attractive…

En regard de qualité des prestations et des services disponibles sur le site.

Les amateurs de golf peuvent y affrontés des défis excitants en réalisant des approches au dessus de lacs et greens dominant la mer Rouge  avec des dénivelés allant jusqu’a 70m.

Mais l’intérêt majeur de ce site est avant tout la mer…son centre nautique propose une quantité d’activités ludiques pour tous les âges, voile, planche à voile, découverte sous-marine, individuelle ou en randonnée aquatique de groupe et pour les plus sportifs, le ski nautique sous toutes ses formes.

L’autre intérêt majeur est tout simplement sa situation géographique, qui permet la découverte à la journée  du MONT MOISE  et du monastère de ST CATHERINE , haut lieu spirituel au cœur du SINAI  ou encore le célébrissime site de PETRA en JORDANIE qui nécessite un départ très tôt le matin pour faire une traversée en ferry du Golfe d’ Aqaba et un peu de patience pour passer les formalités frontalières avec la JORDANIE.

Alors pourquoi la mer Rouge ? Pour le savoir,  je suggère aux futurs voyageurs qui liront ses lignes, d’aller découvrir un lieu aussi curieux qu’exceptionnel, qu’est le CASTEL ZAMAN  situé a 15 mn des hôtels du complexe, un espèce de château cathare surplombant la mer Rouge du haut d’un escarpement rocheux.

Un architecte amoureux du lieu a entrepris de construire un château médiéval, tout en pierre sèche du désert selon la tradition bédouine.

« Le must »  est soit de prolonger le déjeuner jusqu’au coucher du soleil, ou d’y arriver avant le diner, pour admirer le crépuscule.

Quelque soit l’option, il est interdit d être pressé, il faut prendre son temps, car ce lieu est marqué d’un label illustré par un escargot.

Connaissez-vous ce label ?  C’est le label international du mouvement « SLOW FOOD »,  les anglophones qui n’auront pas de mal à comprendre le contraire de FAST FOOD.

En effet,  pour déjeuner ou diner il faut réserver un jour avant, viande ou poisson, et tout est cuisiné au four à bois…délicieux, l’option déjeuner se prolonge par une baignade dans l’eau bleue d’une piscine qui se confond avec le ciel et la mer, le diner se prolonge par l’observation des étoiles dans la douce nuit du désert mais entre les deux, la mer Rouge révèle le secret de son nom :

Le soleil couchant embrase les roches rouges du SINAI  qui se reflète dans les eaux du golfe qui changent du bleu au gris puis au rose orangée  jusqu’au pourpre dominé par le disque solaire incandescent.

Paroles de PYRENE, c’est magique.

Bernard Garcia

Crédit Photo : Pyrène Voyages

2 Comments

2 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

To Top