Actualités

Philippe Babin, la passion de vin.

Nous l’avons appris au début du mois, le vin d’Ariège a décroché une indication géographique protégée (IGP), un premier pas vers un signe de qualité*.

Bien avant cela en juillet dernier, nous étions allés à la rencontre de Philippe Babin, viticulteur passionné des Coteaux d’Engraviès.

Le vin, on pourrait dire que Philippe est tombé dedans quand il était petit « C’est une passion que j’ai pour le vin depuis mon enfance, puisque mon père m’a élevé la dedans… ».

En 1998 il prend le pari avec une poignée de passionnés, Jean-Louis Vigneau, président de l’APAJH, Christian Gerber et Christian Zeller, de replanter de la vigne et de se lancer dans l’aventure de la viticulture ariégeoise.

Situé dans la partie méridionale de l’Ariège, les vins des Coteaux d’Engraviès sont les seuls en Ariège à produire de la Syrah.

Aujourd’hui producteur sur 7,5 hectares de terre, ce fût un vrai challenge de replanter de la vigne dans ce département, il a fallut repartir de zéro car non seulement il n’y avait plus de référence, mais il a fallut redorer le blason de ce vin qui avait la réputation de véritable « piquette ».

15 ans après, c’est chose faite puisque les Coteaux d’Engraviès sont exportés en Chine, au Japon, aux Etats-Unis… mais comme nous l’explique Philippe, sa plus grande joie reste quand l’épicerie locale lui demande son vin parce que les clients le demande.

« Pour moi le plus grand succès c’est que les ariégeois s’approprient complètement ce produit en profitent pour valoriser l’Ariège »

www.coteauxdengravies.com

* voir l’article sur la dépêche du midi ariège

 

2 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

To Top