Pamiers Basse-Ariège

Sur les routes de l’Ariège : Sabarat

Sur les routes de l’Ariège : Sabarat

La commune de Sabarat s’étale au nord de la chaîne du Plantaurel. Le bourg se développe de part et d’autre de l’Arize, au niveau d’un méandre de cette rivière venant de traverser le massif calcaire du Plantaurel.

Sur la rive gauche de l’Arize se trouve le noyau ancien du village ; un noyau plus récent, sur la rive droite, s’est formé autour du carrefour de la D119 avec la D628. Dix sept fermes sont disséminées sur les coteaux environnants.

Existence d’un dolmen au Peyré. Découvertes en ce lieu de haches polies, de ciseaux, de couteaux polis, de meules, de percuteurs, de burins, de grattoirs. Découverte de «  la cachette du Peyré » contenant boucles, rouelles, tubes en spirale et des objets en bronze indéterminés.

Le 1er septembre 1625, les habitants incendièrent le village et, à l’approche du Maréchal du Thémines, se réfugièrent au Mas d’Azil. L’église fut détruite (on signale qu’en 1623 se trouvait encore un cloître, en l’emplacement de l’église actuelle). L’église fut reconstruite et la date de 1688 gravée sur le portail marque certainement l’achèvement de la remise en état des lieux. L’église fut dédiée, à ce moment-là, à sainte Anne, elle était auparavant dédiée à sainte Marie.

Personnalité de la commune 

L’abbé Pouech, chanoine titulaire de la cathédrale de Pamiers est né à Sabarat en 1814. Auteur de nombreux travaux sur les principaux saints du diocèse, il fut surtout connu comme géologue. Il étudia spécialement les terrains tertiaires de l’Ariège, les poudingues dits de Palassou, auxquels il attribue une origine lacustre ou marine et non glaciaire. Il fut un collaborateur assidu du Bulletin de la société géologique de France. En paléontologie, il se signala par la découverte d’ossements fossiles (hippopotame à Caoué, près du Mas d’Azil, grand saurien à Bédeilhe) et aussi par ses études sur la grotte de Lherm et les dolmens du Mas d’Azil (surtout ceux du Bidot et du Cap Del Pouech).

Il fut le premier à découvrir les œufs de dinosaures. Il a laissé une collection (ossements, poteries, colliers, monnaies, pistolets du temps de Louis XIII) malheureusement quelquefois en partie perdue et de nombreux écrits non publiés. Aujourd’hui, les restes de ces richesses sont jalousement gardés dans les locaux du collège Jean XXIII à Pamiers. On a pu les voir lors du colloque organisé pour le centenaire de la mort du chanoine les 16 et 17 octobre 1992. Pour ce centenaire, la place du village a été dénommée place du Chanoine-Pouech.

blason Blason d‘or, à sept sabres de gueules posés en pal et rangés en orle.

 

 

Voir aussi l’observatoire de Sabarat
www.observatoire-sabarat.com

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

To Top