Actualités

L’Ariège: terre favorable pour sortir de la honteuse indifférence !

ship-716778_640
L’Ariège est une terre hospitalière où il nous serait possible de relever le défi de l’accueil de nouvelles populations. N’y-a-t-il pas chez nous des terres inexploitées, des fermes ou des maisons de village non occupées, une agriculture de subsistance et de proximité à réinventer, des écoles en manque d’effectifs ?

Ne sommes-nous pas dans une situation «privilégiée» nous permettant de faire face à la situation humanitaire de ces réfugiés du Moyen-Orient ? Département et municipalités, nous pourrions mettre en avant ces atouts qui devraient permettre à notre terre d’être accueillante et de ne pas porter plus longtemps la honte de l’indifférence à tous ces ′′Aylan′′, dont les corps viennent s’échouer sur les berges du continent européen.

Augmenter la concentration inhumaine des populations dans les grandes agglomérations de plus en plus marquées par la précarité, en ces temps de crise, ne serait pas raisonnable. Mais proposer à des familles un toit, un morceau de terre à cultiver, et une école pour les enfants, nous avons les moyens de le faire et nos territoires en seraient en outre revitalisés.

Certes, cela remettrait en cause un dogme affirmant qu’il n’y a d’avenir pour l’agriculture que dans la poursuite d’une mécanisation et d’une industrialisation à outrance, afin de faire face à la concurrence étrangère. Nous savons tous déjà que cette voie est sans issue et calamiteuse pour l’homme et son environnement.

Nous avons l’occasion de nous engager dans une autre direction, celle de l’autosuffisance alimentaire d’une partie de la population qui trouverait son équilibre en vivant du travail de la terre (capital naturel). Pourquoi ne pas saisir cette
opportunité ?

Des hommes et des femmes d’expériences en ces domaines habitent nos territoires et pourraient constituer des atouts précieux pour nous engager sur ce chemin. C’est avec enthousiasme qu’ils accueilleraient cet appel et relèveraient ce défi. Notre humanisme s’est nourri de la tradition Abrahamique de l’hospitalité résumée si bien dans la lettre aux Hébreux : « N’oubliez pas l’hospitalité : elle a permis à certains, sans le savoir, de recevoir chez eux des anges. » He 13,2

Sommes-nous encore des humanistes ou avons-nous été gagnés par la ′′mondialisation de l’indifférence′′ ?

+ Jean-Marc Eychenne – Évêque de Pamiers, Couserans et Mirepoix

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

To Top