Les ariégeois conquièrent le Monde

Margaux, Terra Australis Nouvelle Zélande : nouveaux challenges ! 

Une vie de nomade, un anglais torturé, des expressions nouvelles et des enjeux différents … Cette année est vraiment une toute nouvelle aventure. 

2

 Après une fin novembre au plus bas, le moral dans les chaussettes, j’ai accueilli la mi-décembre tout feu tout flamme et commencé un nouveau chapitre de mon aventure au sein d’une nouvelle famille. Avec Virginia, Paul et leur fille, qui m’accueillent pour les prochaines semaines, nous avons emménagé avec chevaux, moutons, poules, canards, oies, poissons, chien et chat dans une vraiment incroyable propriété à seulement 9 kilomètres de leurs ancienne maison. Sur de nombreux hectares vallonnés, arbres endémiques, fleurs parfumées et même un lac pour finir en beauté : Barrett Street a des aires de paradis. 
 
J’ai même la chance d’avoir mon propre petit chez moi et, chaque soir après une journée de dur labeur, j’ai la joie d’investir un petit cottage de plain-pied posé sur un jardin merveilleux, à seulement quelques dizaines de mètres de la maison principale. Assez proche pour ne pas être isolée … assez loin pour ne pas capter le wi-fi. 

3Mes journées sont chargées. Je désherbe, replante, débarrasse allées et dépendances, passe l’aspirateur, tond la pelouse, nettoie les gouttières, fait à manger,  passe le Kärcher ; je chevauche le quad et conduis le pick-up d’un bout de la propriété à l’autre … Chargées, tu l’as compris.
 
Les rapports humains sont cordiaux. Mais moi, j’attends de vivre la magie que j’ai vécue l’année dernière dans les plaines rouges du Colorado, la très lumineuse  Saskatchewan, la forêt du Saguenay, ou dans le New-Hampshire où j’ai fait mes premiers pas de voyageuse au long cours … chez ‘mes’ familles d’accueil. J’espère tellement trouver quelque chose de similaire sur l’archipel … l’avenir nous le dira !
 
Au sein de cette famille, je commence à comprendre ce que ça veut dire « être néo-zélandais ». On entend souvent les gens parler de l’arrogance française ; je découvre que ce n’est pas un monopole. Ici aussi, chacun est fier comme Artaban de son petit caillou qui flotte sur le bout du Pacifique. C’est un peu comme les Québécois avec la francophonie ! Ou nous, les Ariégeois, avec nos montagnes (qui sont les plus belles ! Et de loin!!) Au final, la Nouvelle-Zélande c’est peut être les Terres Courages de l’hémisphère Sud en fait !
 
Sinon, l’été en plein décembre, c’est quand même étrange. Noël arrive à grand pas et j’ai été invitée à rester un peu plus longtemps. A « faire Noël » avec les cousins et tantes qui viennent pour les fêtes.

4On a un même un barbecue de Noël deprévu, à l’ombre des Pohutukawas* du jardin d’hiver (* arbres néo-zélandais qui fleurissent 2 semaines fin décembre). Ca me changera de la dinde aux marrons et des 13 desserts au coin du feu.

Imaginez la carte postale : des fleurs rouge vif qui s’exposent au soleil sur un fond de ciel bleu turquoise … c’est grandiose. C’est fabuleusement beau. C’est la Nouvelle Zélande.
 

On se retrouve le mois prochain. 
Cheers mate.

Kilomètres parcourus depuis le 25 août 2016 : 35.541 kms
19.510
  en avion

3.898 en bus
1.024 en train
11.059 en voiture
50 en bateau

Toute l’aventure de Margaux sur : margauxvallet.wixsite.com

5

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

To Top