écrivain

Théophile Silvestre

Littérateur et critique d’art français, né en Ariège en 1823, mort à Paris en 1876. Dans son Eugène Delacroix de 1864, le critique Cantaloube le qualifie d’« écrivain redouté », « plein de verve, incisif et perçant, capable de pousser jusqu’au raffinement ses cruautés ou ses injustices contre ceux qu’il n’aime pas ». Il est de ces critiques sarcastiques à qui Jenny, la servante de Delacroix, ferme la porte de l’atelier pour ne point voir troubler la tranquillité du maître. Mais ces rebuffades ne font point faiblir son intérêt pour Delacroix. Dans son Histoire des artistes vivants (1855), qui marque le début de sa carrière littéraire, il consacre déjà un chapitre au peintre. Les Artistes français, études d’après nature (1878), refonte de l’ouvrage précédent, ne démentent pas cette première passion. Delacroix devait avoir pour lui une certaine estime, puisqu’il lui confie, en 1853 ou 1854, la copie d’une partie de son journal. Silvestre mentionne sa copie dès 1855, dans l’Histoire des artistes vivants, se montrant très fier de l’honneur qui lui est fait. Dans Eugène Delacroix. Documents nouveaux, en 1864, il accorde une importance capitale à cette copie, car il croit (à tort) que les originaux ont disparu.

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

To Top