Ariège sorties

YO GEE TI, une rencontre entre orient et occident

YO GEE TI, une rencontre entre orient et occident Ariège PyrénéesLa dernière création de Mourad Merzouki réunit danseurs de hip-hop français et interprètes de danse contemporain taïwanais.

Séduit par l’énergie de ces derniers, le chorégraphe veut découvrir une culture à la foi empreinte de traditions ancestrales et ancrée dans une modernité extrême. Une fois de plus, c’est la rencontre avec l’Autre qui est une profonde source d’inspiration.

Elle influence non seulement la chorégraphie, mais également les décors, les costumes. Pour Yo Gee Ti, Mourad Merzouki a collaboré avec Johan Ku, célèbre styliste taïwanais à l’origine de la création des costumes. Confectionnés dans de la laine, ils sont une contrainte pour l’interprète, et un défi supplémentaire pour le chorégraphe. Le chorégraphe développe alors une nouvelle gestuelle, entre danse hip-hop et contemporaine, et va chercher le rythme à un autre niveau.

Mourad Merzouki  nous éblouit à nouveau avec une chorégraphie inspirée par cette rencontre avec des danseurs contemporains taïwanais. Yo Gee Ti confirme la liberté et la force d’invention du chorégraphe français. Le hip-hop dépasse ici la simple prouesse technique et se glisse dans la peau de la danse contemporaine. Un spectacle vivant, envoûtant et poétique. Quand le  danseur et chorégraphe contemporain s’est rendu avec sa compagnie Käfig à Taiwan pour la première fois, il a été captivé par l’énergie prodigieuse des danseurs locaux. De ce voyage est né le désir – bientôt concrétisé dans le spectacle Yo Gee Ti – d’explorer cette culture qui, selon lui, transformera et enrichira sa propre pratique de la danse.

«  Le rapport à l’ « étranger » est nécessairement et intrinsèquement différent – la barrière de la langue nous force à réfléchir autrement, le langage du corps prime alors sur toute autre forme de communication. La pudeur et la réserve que l’on ressent face à cet autre sont finalement transcendées par un langage nouveau fait de la gestuelle de corps façonnés et pétris de cultures qui viennent s’enrichir et s’entremêler.
Cette barrière de la langue m’amène à changer mon rapport aux danseurs, à la musique, à l’espace. C’est ce bousculement, ce retranchement que je cherche à provoquer en moi et qui anime mon processus de création : je suis curieux de pouvoir trouver le pivot entre ma danse, celle qui me caractérise, et la danse à Taïwan nécessairement différente de la mienne de par les corps, les influences, les formations. »

S’énonce alors, au fil du ballet superbe des danseurs, une définition radicale et ambitieuse de la danse. Sur scène, les corps se mêlent et s’entremêlent au gré des variations sonores, pour finalement délivrer (conclusion de l’œuvre et de la danse) la suprême possibilité d’une communion des sens entre le passé et le présent, l’Orient et l’Occident – et surtout, danseurs et spectateurs.

Né à Lyon en 1973, Mourad Merzouki pratique dès l’âge de sept ans les arts martiaux et les arts du cirque. À quinze ans, sa rencontre avec la culture hip-hop l’emmène vers le monde de la danse. Il décide très vite de développer cette gestuelle née dans la rue tout en se confrontant à d’autres langages chorégraphiques.

Jeudi 17 avril à 20h45 à l’Estive de Foix

Réservation indispensable à la billetterie de l’Estive 
05 61 05 05 55 – accueil@lestive.com/www.lestive.com

Crédit photo : Michel Cavalca

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

To Top