Actualités

Fusion des régions : de prochaines cousinades entre l’Aude et l’Ariège ?

Treize régions au lieu de vingt deux ; avec cette réforme territoriale tant discutée, le gouvernement de Manuel Valls y va franchement. Pour Midi-Pyrénées, il a été question de fusion avec Languedoc-Roussillon puis non, avec Aquitaine, puis finalement non, on est revenu vers le Languedoc.

Nous ne sommes pas allé très loin pour tâter le terrain et interroger la population locale ; pour sûr, si nous avions dépassé Montpellier, nous n’aurions peut-être pas été accueilli aussi chaleureusement côté Gardois…

A Carcassonne, Christine Pujol, Présidente de Cité Hôtels et trésorière de la chambre de commerce de Carcassonne, accueille la nouvelle avec beaucoup d’entrain ; Cette personnalité très implantée dans l’environnement touristique, ne doute pas des avantages pour le département de l’Aude de voir ces deux régions réunies.

« La fusion des deux régions devrait permettre aussi la fusion des grands sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco ».

L’Ariège et l’Aude, « qui ont toujours entretenu de bonnes relations », souligne Christine Pujol, devraient pouvoir se retrouver, notamment avec le Pays Cathare, Montségur et les châteaux de l’Aude ; « car le fait de ne pas appartenir à la même région administrative a toujours été un frein, ce que je regrette puisque nous avons de multiples occasions de travailler ensemble, notamment sur le plan touristique », ajoute t-elle.

Ce nouvel élan va bénéficier au département de l’Aude et à son activité économique : c’est en tout cas ce que croit aussi Cécile Eglessies, Directrice de l’agence Cap Soleil Voyages à Narbonne.

« Nous allons concentrer les forces vives ; avec notre activité de réceptif, le fait d’avoir une région plus grande et plus puissante va apporter un attrait supplémentaire à nos visiteurs ».

Narbonnaise d’origine, elle avoue avoir eu toujours les yeux rivés vers la région Midi-Pyrénées plutôt que vers Marseille.

« Nous allons rentrer dans une région qui nous convient davantage », ajoute t-elle.

C’est la meilleure chose qui pouvait nous arriver

Du côté de Limoux, Jean Vaquié, charcutier traiteur de renommée locale et ancien Président des charcutiers Audois n’hésite pas un instant à approuver la fusion dont il se déclare « heureux ».

« Je suis un Pyrénéen convaincu et régionaliste ; l’Aude a une culture pyrénéenne plutôt que gardoise ou montpellierenne, dont les gens n’ont pas le même état d’esprit que nous ; c’est la meilleure chose qui pouvait nous arriver ».

Ce qu’il apprécie, c’est de pouvoir se retrouver « au milieu » plutôt qu’au bord et il suggérerait même la ville de Carcassonne comme capitale de région, « car c’est au milieu, mais c’est moins sûr que cela soit accepté », dit-il avec humour.

Une renaissance historique !

Pour Bernard Garcia, ariégeois d’origine et propriétaire de l’hôtel « La Maison des Consuls » à Mirepoix, « c’est une renaissance historique car c’est presque la reconstitution de l’Occitanie, à quelques détails près pour les puristes ».

Il rappelle que l’unité culturelle et historique représentée par la langue d’Oc a toujours eu comme capitale la ville de Toulouse.

Cet homme du tourisme rejoint les propos de Christine Pujol sur le rapprochement possible des deux départements de l’Aude et de l’Ariège autour du label « Pays Cathare » qui aurait toute sa cohérence pour une promotion unique et efficace.

En conclusion, les témoignages recueillis tendent à penser que cette fusion peut largement profiter à toute l’économie de nos territoires ariégeois et voisins et pas seulement d’un point de vue touristique. Affaire à suivre…

 

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

To Top