Pamiers Basse-Ariège

Campagne sur Arize, sur les routes en Ariège

La petite Bastide médiévale de Campagne-sur-Arize se répartit de part et d’autre de la rivière Arize, formant une « ville haute » et une « ville basse », qui sont reliées par un pont à arche unique.

La ville haute, sur une petite éminence, est le cœur historique de la cité, typique d’un bourg fortifié (traité de paréage du 25 janvier 1255), auquel on peut encore accéder aujourd’hui par une ancienne porte ogivale du XIVe. L’enceinte d’habitation est visible avec l’emplacement d’une grande cour centrale. Selon la tradition locale, les comtes de Pailhès y avaient établi leur résidence d’été.

La ville basse date principalement des XVIIIeXIXe et XXe siècles. L’homogénéité du bâti et le fait que Campagne-sur-Arize ait connu un développement modéré lui confèrent un charme désuet qui en font une sorte d’archétype du petit village français.

Le nom de Campagne apparaît au XII siècle. La toponymie classique considère que ce nom a été donné à des communes qui étaient situées en plaine, ou dans des espaces dégagés. Cette explication conviendrait pour Campagne-sur-Arize. Selon d’autres sources, ce nom aurait été donné car il s’agissait d’un lieu de repos (une campagne) pour les évêques de Foix. L’adjonction de la mention « sur Arize » à la dénomination « Campagne », date de 1933.

le village était étroitement lié à l’abbé de Combelongue, qui, en paréage avec le roi, exerçait la justice haute, moyenne et basse. L’abbaye de Combelongue, située près de Saint-Girons, possédait plusieurs terres dans le village de Campagne, ainsi que le « moulin farinier », et percevait des impôts.

De son passé historique subsistent, outre quelques ruelles étroites de la bastide, certains vestiges situés dans la partie haute dite « Ville Haute » qui rappellent que les comtes de Pailhès y avaient établi leur résidence d’été.

Elle possède également un nombre important de calvaires. Le plus intéressant, celui du fond du pont a été détruit par la tempête de 1999, restauré par des conseillers municipaux, il a retrouvé sa place en 2003.

Patrimoine

  • Petit château néo-gothique, dit Château Robert, à l’entrée du village, le long de la route départementale, avec sa tourelle et un bestiaire typique de l’imagination de la fin du xixe siècle
  • Château du Touronc (ancienne propriéte des Bardies-Montfa)
  • Maison forte de Marsoulies (1641)
  • Porte monumentale à ogive de type « gothique » dans la ville haute, considérée comme datant du XIVe, et reste d’une maison forte, dit l’ancien « château » de Campagne
  • Pont à arche simple, au-dessus de l’Arize
  • Plusieurs maisons de maître des XVIIIe etXIXe siècle, notamment dans la rue de l’Église, avec des inscriptions sur les clés d’encadrement des portes d’entrées.
  • Cadran solaire sur le presbytère, avec la devise « Tout passe ici-bas »
  • Ancienne église Saint-Martin, avec cimetière, sur le chemin de Daumazan
  • Calvaires : croix en fonte restaurée à la suite de la tempête de 1999, en bas du pont ; calvaires en pierre, l’un sur le chemin de la croix, l’autre à l’emplacement de l’embranchement sur la montée de la Crouzette.

Sources :
wikipedia.org/wiki/Campagne-sur-Arize
www.arize.fr/-campagne

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

To Top