Ariège sorties

Lorp-Sentaraille, «L’art à l’Usine» Une manifestation-phare qui fête aujourd’hui ses dix ans – 22 juillet au 22 août

Depuis dix ans, l’Association Aristide Bergès conçoit et organise une manifestation artistique d’envergure qui se tient, chaque année, durant la période estivale, au Musée Aristide Bergès :  “L”Art à l’Usine” : Chorégrafibres, quand la nature se fait muse…. Aïdée Bernard

Créé en 2006, avec le soutien des décideurs, soutien qui ne s’est jamais démenti, L’Art à l’Usine  a pour but de promouvoir la création contemporaine en laissant libre cours à l’imagination et à la créativité d’artistes qui, séduits par le lieu, investissent ce fleuron de l’architecture industrielle qu’est l’ancienne papeterie Bergès.

Malgré le passage obligé de sensibilisation du public, souvent réticent à toute nouvelle forme d’art, les débuts sont prometteurs. La manifestation s’impose rapidement comme un des points forts de l’offre culturelle en Couserans.

Dans ce berceau de la papeterie couserannaise et de l’hydroélectricité, les œuvres de nombreux collectifs, ateliers ou artistes indépendants (on en dénombre plus d’une centaine à ce jour !), ont su dialoguer avec talent et magnifiquement s’intégrer dans cette friche industrielle qui a su conserver toute son authenticité et devenir le symbole de l’histoire de toute une région.

L’Art à l’Usine, avec son public d’inconditionnels et de fidèles, chaque année de plus en plus nombreux, s’affirme comme un lieu de découverte d’expressions artistiques sans cesse renouvelées et s’impose comme un rendez-vous incontournable dans le paysage culturel ariégeois.

Aïdée Bernard

musee-berges1_ariegeArtiste plasticienne, Aïdée Bernard expérimente la transformation des plantes en fibres à papier.

Elle réalise avec les celluloses végétales des sculptures diaphanes et livre-objets où le papier devient mode d’expression à part entière, fibre-signe, mot-filigrane, matière-peau :

Aïdée Bernard est une femme rare, intimement mêlée à la nature, la terre, l’eau. Cette nature dans sa diversité, sa créativité lui offre des végétaux sauvages qu’elle cueille et fait cuire pour extraire des fibres et ainsi fabriquer ses papiers sur lesquels vont s’inscrire des mots, les mots de quelques autres, les siens propres. Avec ses objets diaphanes, sensibles à la lumière, avec leur légèreté, leur fragilité, c’est comme si elle se livrait, nous tenant en respect, nous amenant au respect de son identité profonde, mystérieuse car toujours l’autre est et reste mystère.

« Le papier que je crée est nourri d’ici, de cette terre qui me porte.
Il est le résultat d’une métamorphose de la matière et parle de mon rapport à la visibilité, ce que je donne à voir. Il questionne aussi la trace fantomatique celle qui m’échappe et qui se dit à travers moi, mon rapport à l’invisible.
L’histoire qui m’habite, intime, cette histoire sourde, se révèle dans une approche sensible de ce que je suis, ces mues successives qui une fois qu’elles ont trouvées leurs formes me permettent de passer à une autre, plus proche de moi tel l’effeuillage de couches de représentations successives.
J’aime que la surface soit la plus fine possible, comme une pellicule, une peau, qui raconte ce qui m’a touché, sensation ineffable, murmure visuel. »

http://aidee-bernard.com

Du vendredi 22 juillet au 22 août 2016
Au Musée Aristide Bergès à Lorp Sentaraille
pour les 10 ans  “L”Art à l’Usine” : Chorégrafibres, quand la nature se fait muse….
de 14h.30 à 18h.30, sauf les mardi
Prix : 5 euros – gratuit aux enfants jusqu’à 14 ans

Vernissage le vendredi 22 juillet à partir de 18h.30 !!!!
Musée Aristide Bergès, Arts graphiques, Imprimerie

Chemin des Papetiers / Prat du Ritou
09190 LORP SENTARAILLE

 

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

To Top