Actualités

Margaux octobre 2016, Bienvenue au pays de la fougère

Nous sommes arrivés au pays du long nuage blanc (Aotearoa), de l’autre côté de la planète, nous vivons la tête à l’envers, conduisons à gauche et vivons dans le futur !

Après avoir passé plus de 13 heures à traverser le plus grand océan du monde, se dessine au loin, la terre. Enfin. La Nouvelle Zélande. Depuis le Dreamliner d’American Airlines, à 12 kilomètres au dessus du niveau de la mer, nous observons les vagues du Pacifique qui se fracassent contre ses côtes. L’avion approche encore ; descend puis se pose. Presque les roues dans l’eau. Ce 27 août 2016, nous venons d’atterrir à Auckland. Partis de Los Angeles le 25, grâce au miracle des fuseaux horaires, nous n’aurons jamais vécu la journée du 26.

1La Nouvelle Zélande, est un archipel perdu et isolé entre le Pacifique et la mer de Tasmane. Nos voisins les plus proches, l’Australie à l’Ouest et la Nouvelle-Calédonie au Nord, sont à plus de 2 000 kilomètres. Ici, on est plus proches du Pole Sud que de Los Angeles … Alors, oui, je pense qu’on peut dire qu’on est isolés. Et isolés ne veut pas dire « en retard » car, par rapport à nos amies de l’hémisphère nord, les femmes ont obtenu le droit de vote dès 1893 ! Oui, oui !! 51 ans avant la France !

4 millions d’habitants se partagent une superficie presque 2 fois plus petite que la France. Je vous signale quand même qu’il y a plus de distributeurs automatiques au Japon qu’il n’y a d’habitants en Nouvelle-Zélande ! Et puis, la prestigieuse armée de l’air royale a comme logo un kiwi, oiseau emblématique de l’île, certes … mais surtout oiseau dépourvu d’aile. Et oui, ils ont fait fort !

Quant à Auckland, la ville la plus peuplée du pays, avec ses rues façon « montagnes russes » (mes cuisses ne leur disent pas merci), elle nous procure nos premières suées et nous donne une lumineuse idée : pourquoi ne pas acheter un van … et parcourir le pays ?

2Aussitôt dit … Après avoir signé un papier à la poste et m’être acquittée des 9$ pour le changement de propriétaire, je suis donc l’heureuse propriétaire de Roi Dukanoa, ce qui, en Maori veut dire « Roi Sans Terre ». Duka, pour les intimes est une Toyota … qui a mon âge et un peu plus de 300 000 kilomètres au compteur. Elle est à la fois mon salon, ma cuisine, mon dressing, ma chambre, mon centre d’observation et de commandes et également ma voiture (bein oui ; quand même !). Alors, bien sûr, elle n’est pas parfaite ! Elle couine un peu d’un côté et fuit un peu de l’autre mais elle roule bien, freine normalement (touchez du bois) et de toute façon … c’est la plus belle !
La conduite ? Mis à part le fait que le volant est à droite et que toutes les commandes sont inversées, la prise en main s’est faite (presque) naturellement. On peut le dire : je suis la reine du volant (quand je ne confonds pas les clignotants avec les essuie-glace !)

Duka m’offre la liberté de m’arrêter (presque) où je veux et surtout quand je veux. Le luxe de pouvoir me réveiller au bord de l’océan, dans un forêt dense ou sur le parking d’un supermarché. Le frisson de me demander si aujourd’hui elle va bien vouloir démarrer … et où elle va me porter.
En tous cas, elle nous a déjà conduits, en partant d’Auckland, du Cap Reinga au Nord (qui signifie le lieu du grand saut de départ des esprits ) au Cap Palliser au Sud, en passant par Napier, Wellington la plus australe des capitales, New Plymouth au pied du mont Taranaki, Taupo et retour, le tout sur plus de 4000 kilomètres en à peine trois semaines.
Nous avons longé d’interminables côtes, traversé des forêts denses et tropicales, gravi des cols et sommes redescendus vers l’eau. L’eau toujours. Il parait que peut importe où l’on se trouve, la mer est à moins de 128 kilomètres.  La Nouvelle Zélande tient déjà toutes ses promesses !

3Belles perspectives, sur cette terre sacrée où les volcans sont considérés comme des dieux, nous nous émerveillons de la beauté insolente des paysages : des cascades d’un bleu turquoise translucide, des forêts sauvages, intactes, des pâturages encore plus acidulés que la très verte Jell-o à la pomme ! C’est ça la Nouvelle-Zélande. C’est beau. C’est beau partout. Même quand il pleut, c’est beau! Et Dieu sait qu’il pleut souvent ici !

Dans quelques jours, je commence mon aventure solo au pays des fougères. Je perds mon compagnon de route, mon grand frère Cédric, avec qui je viens de passer ces deux derniers mois plein Ouest ; lui rentre en France avant de tracer sa propre route et commencer une nouvelle aventure. Quant à moi, rien n’est prévu et personne ne sait encore où ce voyage me conduira. Même pas moi !

Un job régulier ? Du bénévolat ? Ile Nord ? Ile Sud (qui est moins peuplée qu’Auckland) … L’avenir le dira dans ma prochaine newsletter !

Kilomètres parcourus depuis le 25 août 2016 : 32.991 kms
19.510
  en avion

3898 en bus
1024 en train
8509 en voiture
50 en bateau

Toute l’aventure de Margaux sur : margauxvallet.wixsite.com

4

ajouter votre commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

To Top